Core Protocol "Check-In"

Core Protocols (2/10) : Le “Check-In” pour se connecter à soi et aux autres

Préambule : Les Core Protocols sont un ensemble de pratiques de communication interdépendantes qui peuvent être appliquées pour soi et dans une équipe pour fluidifier les interactions entre personnes et obtenir de meilleurs résultats en soudant le collectif. Je vous les présente dans la série « Développer son potentiel avec les Core Protocols ». Vous pouvez également retrouver les textes originaux (sous licence GPL) de leurs fondateurs Jim et Michele MacCarty en cliquant ici

Tous les textes de référence sont téléchargeables ici.
Voici ci-dessous la dernière version disponible en français à l’heure où je rédige cet article :

the-core-fr-3.03

 
Pour avoir de bons résultats dans un collectif, réunir les bonnes personnes et s’assurer de leur présence pleine et active est un indispensable ! Mais entre l’enchainement intensif de réunions, les sujets en retard à traiter et ceux qu’on aimerait éviter, difficile d’être là à 100% !
Comment y remédier ? Je vous invite dans cet article à découvrir un outil pour vous aider à vous rendre présent à vous-même et aux autres dans votre quotidien : le “Check-in” !

De l'importance de la Présence

 

Partager sa météo intérieure

Imaginez…

Vous venez d’arriver au travail, éreinté(e). Le réveil a été difficile ce matin : 6h45, après une nuit de 2h à cause du bébé de vos voisins qui hurle par intermittences depuis 3h du matin. Comble de malchance, on est lundi, et pour bien commencer la semaine, votre machine à café a choisi CE lundi pour tomber en panne ! Et pour couronner le tout, vous avez perdu 20 minutes dans les embouteillages pour venir…
À peine arrivé(e), vous sautez dans votre premier meeting !

1ère question : Dans quel état émotionnel êtes-vous pour commencer cette réunion ?
2e question : Cet état émotionnel a-t-il des chances d’impacter la qualité de votre participation à la réunion ?

Réponses : Avouons-le, ce meeting risque d’être plus délicat que d’autres ! Alors, pour relâcher une partie de la pression et partager au groupe que votre visage renfrogné n’a rien à voir avec le sujet du jour, vous pouvez utiliser le “Check-in” !

Core Protocol "Check-In"

COMMANDEZ LES VISUELS QUI VOUS IMPACTENT

CARTES DE COACHING - Les Core Protocols

Check-in : Mode d’emploi

Faire un “Check-in”, c’est :

  1. Partager à vos interlocuteurs votre état émotionnel de l’instant, de manière très simple, par exemple : “Là maintenant, je ressens de la [ joie / tristesse / colère / peur] ».
    Vous pouvez ajouter si vous le souhaitez une courte explication.
  2. Exprimer que vous vous sentez prêt(e) à vous engager dans l’activité avec les autres en leur disant : “Je suis présent(e)”.
  3. Être accueilli(e) par vos interlocuteurs sans jugement ni question dans cet état. Ils vous répondent alors “Bienvenue !”

Si vous adoptez cette pratique en groupe, chacun peut tour à tour librement réaliser son “Check-in”. Si une personne ne souhaite pas s’exprimer, elle peut le faire sans aucun problème en disant “Je passe” (nous verrons dans un prochain article le protocole “Pass” associé).

Pourquoi est-ce utile ?

Je vois à ce protocole 3 effets bénéfiques dans un groupe :

  1. Il permet à chacun de se connecter à son état émotionnel, de prendre du recul par rapport à ce dernier et de faire le point sur sa capacité de présence. Il présente à ce titre les mêmes bénéfices que le STOP mental que je présente dans cet article sur la méditation.
  2. En partageant cet aspect émotionnel de manière transparente aux personnes présentes, il permet d’éviter d’éventuels suppositions/malentendus.
  3. Il encourage les membres du groupe à parler librement de leurs émotions, ce qui permet des interactions sincères et profondes. Pour rappel, l’identification et le partage de ses sentiments est l’un des piliers de toute Communication Non Violente.

Quand l’utiliser ?

Le Check-in est idéal pour débuter une réunion ou un tête-à-tête. Il peut également s’avérer utile lorsque les choses s’emballent dans une conversation et que la tension monte ! Vous pouvez alors proposer de faire une pause et demander aux personnes concernées : “Comment vous sentez-vous là, maintenant ?”

Précautions d’usage

Formuler son Check-in simplement

Dans le texte original de MacCarthy sur ce protocole (voir introduction), il est mentionné de formuler son état émotionnel de manière simple, sans qualificatif (“un peu”, “plutôt”, “assez”, etc.) et en utilisant une des émotions suivantes :

  • La joie qui signale un gain,
  • La tristesse qui signale une perte,
  • La colère qui signale un problème,
  • La peur qui signale quelque chose d’inconnu

Cette simple palette peut paraître réductrice, mais elle permet en formant des combinaisons (généralement avec 2 émotions) de mettre en lumière la plupart des ressentis que nous pourrions avoir du mal à caractériser. Par exemple, être vexé pourra s’exprimer “Je ressens de la colère et de la tristesse”, être excité : “Je ressens de la joie et en même temps de la peur”, etc.

Prendre le temps de s’interroger

Les 4 émotions de base sont donc un très bon guide pour démarrer sa pratique, notamment pour aider chacun à dépasser les basiques “Je me sens bien”/“Je me sens mal”. Attention néanmoins : si cet exercice peut paraître évident à la lecture, il s’avère être pour certains un véritable challenge à réaliser !

Je me souviens d’ailleurs de mes premiers dialogues intérieurs il y a quelques années… À la question “Quel sentiment est présent pour moi là maintenant ?”, je me sentais bien démuni face aux réponses qui me venaient :

  • “Ça va”
  • “Rien de particulier”
  • Et même des fois “Fous-moi la paix avec tes questions à la *** !”

Je pourrais aujourd’hui les reformuler avec :

  • “Je ressens de la joie car tout se passe comme je le souhaite aujourd’hui”
  • “Je ressens de la peur car je suis en retard vis-à-vis de ce que je veux faire aujourd’hui” (Il y avait donc bien quelque chose derrière ce pressant “Rien de particulier” !)
  • “Je ressens de la colère et de la peur car je n’arrive pas à mettre des mots sur mes ressentis”

En bref : Il n’y a rien d’évident à ouvrir la porte de l’émotionnel ! Mais comme ce sont ces mêmes émotions qui régissent notre vie, ça vaut le coup de commencer… avec un Check-in !

Ne parler que de soi

En parlant d’émotionnel, il peut sembler attrayant d’utiliser cet exercice comme exutoire (“Vous me mettez tous en colère, bande d’incompétents !!”). Ce n’est bien évidemment pas le but ! Comme en Communication Non Violente, l’intérêt ici est d’exprimer ses émotions pour (se) donner de l’information, pas pour manipuler les autres.

C’est pourquoi le Check-in se formule en « Je » et n’exprime que son sentiment personnel sans accusation ni atteinte à ses proches. Par exemple si je me sens en colère parce que mon collègue parle trop vite, je ne dis pas « TU me mets en colère à parler si vite », mais « Je me sens en colère parce que JE ne comprends pas ce que tu dis ». Et c’est là une grande différence car je reconnais que mon collègue n’est pas maître de mes émotions. Je le suis !

Ainsi, un Check-In pourrait s’exprimer de la même manière qu’on ait des interlocuteurs en face de soi ou non ! En effet que ce soit en salle de réunion avec ses collègues, devant sa glace dans sa salle de bain, ou en tête-à-tête avec un sapin au beau milieu d’une forêt, vos sentiments restent VOS sentiments et votre parole doit n’exprimer qu’eux.

Préparation du Check-In

Un “Je me sens en colère parce que TU m’agaces” peut alors se reformuler en :
“Je me sens en colère quand je considère notre relation de travail”.

Un “Je me sens en colère parce que TU n’as pas fait les choses comme il faut” peut devenir :
“Je me sens en colère car je m’attendais à un résultat différent”.

Etc.

Respecter ce qui est partagé

Enfin, l’usage de ce protocole invite au respect en restant silencieux lorsqu’une personne fait son Check-in. Mais aussi en se gardant de faire référence à ce qui aura été partagé, sauf en cas de permission explicite. Et si la règle de confidentialité peut sembler évidente, elle vaut le coup d’être rappelée ! Ce qui se passe au coeur d’un Check-in reste au coeur du Check-in !

 

Pour aller plus loin avec les Core Protocols

Vous voici avec un outil très intéressant pour commencer vos réunions et apprendre à se connaître ! Je l’utilise personnellement dans de nombreux ateliers en tant qu’ « ice breaker ». Il peut certes dérouter dans un premier temps, mais une fois posé, il apporte un vrai plus au collectif ! À utiliser donc sans modération !

Pour en savoir plus sur les Core Protocols, et notamment comment vous pouvez les combiner les uns avec les autres, je vous invite à consulter les autres articles de cette série « Développer son potentiel avec les Core Protocols » !


PASSEZ À L'ACTION Quelle ACTION CONCRÊTE décidez-vous d'expérimenter suite à cet article ?

COMMANDEZ LES VISUELS QUI VOUS IMPACTENT

CARTES DE COACHING - Les Core Protocols


Participez à la Transformation : diffusez !
  •  
  •  
  • 9
  • 1
  •  
  •  

 


 

  •  
  •  
  • 9
  • 1
  •  
  •  

bloculus

Je suis convaincu que la communication est la base de tout succès ou échec dans nos vies. Et bien souvent, elle est le fruit d’une histoire, d’un environnement et du cadre qu’il impose… C’est l’origine de ma passion pour les 3 sujets de ce blog : communication, psychologie, sociologie.

avatar