Mon parcours

Je suis sorti d’école d’ingénieur avec un savoir-faire technique dans le développement informatique. En moins de 10 ans en cabinet de conseil IT, j’ai transformé ces compétences en savoir-être et savoir-faire humains et suis devenu Coach Professionnel et Facilitateur. Voici un aperçu du parcours que j’ai tracé et d’où est né ce blog…

Ce qu’on apprend à l’école ne sert à rien…

C’est à la fois vrai et faux ! (Oui, je suis né en normandie…)

Vrai car une fois entré en entreprise après l’école, je me rends rapidement compte que ce que je considérais comme un savoir solide n’est en réalité qu’un vernis de surface pour réussir un projet professionnel. Techniques de développement, méthodologie de projet, communication avec le client… Je (ré)apprends tout à travers de nombreuses missions en tant que consultant et développeur IT pour différentes grosses entreprises du CAC40.

Mais c’est également faux. Faux car j’ai choisi dans mes études une option qui m’a laissé une marque indélébile : Coaching Professionnel. À l’époque, ça répondait à une envie de découvrir ce métier et d’apprendre les bases de l’Analyse Transactionnelle… Mais avec les années, ça a développé bien plus qu’un simple intérêt : une soif intarissable de connaissances et d’expériences pour mieux comprendre la psychologie humaine.

Je commence d’ailleurs ce blog en 2012, pour partager mes découvertes et fiches de lecture sous ce magnifique logo :

La transformation commence avec une question

La journée, je développe donc des applications mobiles. Et la nuit, je lis des livres et écris des articles de développement personnel.

Et puis un jour, lors d’une discussion passionnante avec un collègue, je me retrouve bouche-bée face à une question pourtant si facile à énoncer : « Tu me dis que tu adores ton métier. Mais est-ce que tu te réalises vraiment dedans ? »

J’étais interdit. Interdit car sans savoir pourquoi, je ne pouvais pas répondre « oui » à cette question.

Je réalise alors que le métier de développeur n’est pas celui dans lequel je m’épanouirai pendant des années. J’adore sa rigueur et la créativité qu’il développe chez moi. Mais ça n’est pas via des applications bancaires ou d’assurances que je veux avoir un impact sur la société.

Qu’est-ce qui fait qu’un projet réussit ?

Je m’intéresse alors à cette simple question : « Comment puis-je aider les équipes dans lesquelles je travaille à mieux réussir ? »

Je m’étais bien rendu compte au travers de nombreuses missions que l’expertise technique n’est pas le pilier principal d’une équipe qui fonctionne bien.

Une autre voie m’apparaît alors comme une évidence : la méthodologie de projet ! Mais oui, bien sûr ! La clé, c’est la méthodo ! Je plonge alors aveuglément dans le monde de l’ « Agilité » (pour ceux qui voudraient découvrir ce que c’est, je recommande la lecture de cet article).

« Si ton équipe devient agile, elle résoudra tous ses problèmes »

Si vous aviez pu écouter ce qui se passait dans ma tête à ce moment là, c’est probablement ce que vous auriez entendu !

Sans rentrer dans les détails de la philosophie agile, comprenez que je recherchais le graal organisationnel qui permettrait à lui seul de faire réussir une équipe tout en s’adaptant à l’intégralité des aléas d’un projet…

J’espérais secrètement à l’époque qu’il suffisait d’appliquer de manière parfaite une méthode éprouvée (par exemple Scrum ou Kanban), pour que toute équipe trouve son mode de fonctionnement optimal.

Je me forme alors pour devenir coach agile et accompagne des équipes à différents moments de leur maturité.

  • Je deviens formateur agile pour permettre aux équipes agiles de naître dans de bonnes conditions, avec les bons outils et le bon esprit.
  • Je découvre et m’approprie la posture de facilitateur pour les guider une fois qu’elles sont plus stables, au travers de leurs réunions et rituels où je gère le cadre et la bonne marche des échanges.
  • J’accompagne d’autres équipes en tant que coach à des moments critiques de conflits ou de démotivation. Par mes questions et la définition d’actions, les équipes progressent petit pas par petit pas.

À chaque fois, les équipes améliorent leurs résultats et démontrent une plus grande motivation. Mais à chaque fois, avec le temps, finissent par apparaître les mêmes symptômes : stress, conflits, sous-performance, perte de sens…

Ce n’est pas la méthode qui fait qu’une bonne équipe réussit !

Je me souviens notamment d’une équipe qui réalisait une belle application mobile dans le secteur des loisirs. La responsable produit avait très bien compris la méthode et s’était adaptée avec les développeurs pour trouver un mode de fonctionnement idéal. Mais intérieurement, elle bouillait en silence de ne plus avoir autant de pouvoir de décision qu’avant. Je voulus l’aider à exprimer cette frustration, la transformer en actions positives, mais je me heurtais à un mur ! À chaque fois, elle esquivait les discussions et on repoussait le sujet à « plus tard ».
Au final, l’équipe pâtit de sa mauvaise humeur et les relations se tendirent, jusqu’à ce qu’elle annonce sa démission, excédée par l’expérience qu’elle avait vécu.

Ce fut un moment difficile pour moi. Un échec personnel. Même si je voyais qu’elle n’allait pas bien, je n’avais pas réussi à trouver le moyen de l’aider à transformer sa situation.
Cette impuissance à ne pas savoir comment aider est aujourd’hui encore le sentiment le plus dur dans mon métier…

La base de tout succès ou échec réside dans la communication

Mon apprentissage : la méthodo est un canvas pour bien organiser un projet, lui donner une vision engageante et des rituels pour avancer. La réussite dans la durée, elle, passe par une équipe qui sait exprimer ses émotions, ses besoins et les transformer en actions positives. Avec cette compétence, elle peut faire face à toutes les tempêtes ! La clé, c’est la communication !

Le problème vous me direz, c’est que tout le monde ne naît pas expert de la communication interpersonnelle. Moi le premier…

Sais-je faire ce que j’attends des autres ?

Je traverse à ce moment-là une période assez particulière… une rupture amoureuse. La plus difficile de ma vie. J’y découvre sur de longues semaines – mois – que les émotions sont le moteur le plus puissant de nos existences… Et que moi aussi je glisse dans les larmes et la colère quand rien ne va plus…

C’est peu après ce moment que je découvre la Communication Non Violente, un outil qui est immédiatement une révélation pour moi !

Je découvre que ce ce fameux « levier » pour vider son sac de toute la tristesse, colère, frustration, stress ou autre émotion négative du quotidien existe. Qu’il est possible de mieux se comprendre, mieux comprendre ses proches, profondément. Et qu’on peut parfois même prévenir des conflits avant qu’ils arrivent. Et que s’ils éclatent quand même, il est possible de les vivre de manière plus sereine et constructive… Une belle leçon… après une rupture !

Mais cet outil qui peut changer la vie des gens ne concerne pas que les cas de peines de coeur ! Une fois qu’on connaît la méthode, on peut l’appliquer dans tous les champs de sa vie, au bureau comme à la maison !

Les échanges interpersonnels idéaux ne sont donc pas innés, certes. Mais la communication, ça s’apprend et ça se travaille !

Des outils en pagaille

Méditation en pleine conscience, Accords Toltèques, Conversation structurée, Coaching orienté solution, Stratégie chinoise… C’est le moment où je lâche la bride à ma curiosité et dévore livres, articles, podcasts, et me forme énormément. À chaque fois, j’expérimente et découvre les bénéfices de nouveaux outils que j’expose sur mon blog et dans mes missions.

C’est l’occasion pour moi de faire mes premiers « gribouillis » pour essayer de transmettre ce savoir. Mes premiers pas dans l’activité de facilitateur graphique.

Prise de recul

Après ces épisodes très riches (mais aussi très fatiguants), je décide d’écouter mes besoins. Ça fait longtemps que je désire prendre un moment de pause, un moment pour moi, pour me changer les idées, pour me perdre loin de mon quotidien. Un matin, j’écris un e-mail pour prendre RDV avec ma DRH. Je veux poser un congé sabbatique de 6 mois et partir voyager seul en Asie avec un sac à dos.

Je pensais que c’était impossible, que je n’en étais pas capable, que je n’oserais pas. Mais finalement à quoi bon lire et parler de développement personnel si je ne suis moi-même pas capable de passer à l’action ?

Je suis donc parti. Thaïlande, Birmanie, Laos, Cambodge, Vietnam, Philippines, Malaisie, Singapour… 6 longs mois de voyage, rencontres et expériences. 6 mois de vie intense où chaque jour est un changement, chaque jour une adaptation à un nouvel environnement fait de villages primitifs de montagne, temples bouddhistes, îles paradisiaques et autres aéroports.

Lorsque je reviens en France, la plus grosse difficulté est de retrouver mes marques dans un quotidien bien différent des treks en pleine jungle et autres randonnées à moto…

J’ai besoin de me trouver une nouvelle place, un nouveau souffle. Je passe d’un temps-plein à 4 jours de travail par semaine. J’ai ainsi plus de temps pour écrire sur Bloculus et faire les activités qui me tiennent à cœur. C’est le temps de mes premiers cartoons.

#cartoon en #sociologie : Et si la #décroissance était la clé pour mieux vivre ?

Le changement ne s’arrête jamais

Difficile néanmoins d’accompagner une équipe quand on ne sait pas bien soi-même où on en est. Ce que je sais à ce moment là, c’est que je veux changer ! Mon activité orientée autour de la méthodologie de projet ne me convient plus car je sais que pour moi, le sujet est ailleurs.

J’ai envie de transformer mon travail et d’investir plus en profondeur les mécanismes déjà connus du coaching. Revenir aux bases en quelque sorte… et en profiter pour les appliquer à mon projet professionnel !

C’est ainsi qu’en près de 2 ans, je m’inscris à 5 formations dans le domaine du changement (dont Active Learning Coaching d’HEC) mais aussi d’autres horizons plus expérientiels (soins et perception énergétiques)… Ça bouscule et ça fait grandir ! Et c’est ce qui m’amène finalement à mon métier d’aujourd’hui…

La suite : Apprendre et transmettre

Depuis, je continue à intervenir en entreprise et à apprendre de nouvelles techniques et approches du changement. Je les partage sur ce blog et cherche de nouvelles manières de les transmettre. En mars 2018, j’ai quitté le statut de salarié pour me consacrer exclusivement à cette vocation en tant qu’entrepreneur. La suite est en train de s’écrire et j’espère bientôt vous en dire plus !