Le bonheur, en 4 accords

« C’est l’histoire d’un homme. Comme beaucoup, il se sent unique, quelques fois heureux, parfois triste… et bien souvent en train de courir après la vie de ses rêves sans savoir quand il l’atteindra enfin ! 

Un soir pluvieux, un dealer lui propose une expérience hors du commun : une drogue venue d’Amérique Latine. Une drogue censée lui procurer liberté, bonheur et amour ! Rien que ça ! Dubitatif, mais en mal de sensations fortes, notre héros se laisse tenter sans se douter un instant de l’expérience dans laquelle il s’engage… »

Le bonheur comme drogue ?
Et si cette drogue menant au bonheur n’était pas une substance illicite mais une nouvelle façon de penser, voir, sentir, parler ? C’est ainsi que je considère les 4 accords Toltèques de Don Miguel Ruiz.
Intrigué(e) ? Je vous invite à continuer votre lecture pour découvrir ces 4 règles de vie aux effets impressionnants…

 

A la recherche du bonheur perdu

« Sitôt le cachet avalé, notre héros sentit rapidement sa tête tourner, s’engourdir… Et il eut alors une révélation… »

Une définition de la sagesse

Plutôt que de définir le bonheur, je vous propose de nous intéresser à la définition de la sagesse (car la sagesse mène tout simplement au bonheur !)
La sagesse est le premier pas vers le bonheur

La sagesse peut être définie comme l’application du bon sens dans deux directions complémentaires :

  • distinguer dans nos expériences de tous les jours ce qui fait souffrir de ce qui apaise
  • se détacher des choses qui font souffrir et renforcer celles qui apaisent

Énoncé ainsi, cela semble simple, n’est-ce pas ? Tentons alors de trouver ce qui nous fait le plus souffrir…

Le livre de la loi

C’est ici qu’intervient Don Miguel Ruiz, l’auteur de ces 4 fameux accords…

« Combien de fois paie-t-on pour une seule erreur ?
Réponse : des milliers.

L’être humain est le seul animal sur terre qui paie des milliers de fois pour chacune de ses erreurs. […] Nous commettons une erreur, nous nous jugeons, nous nous déclarons coupables et nous nous punissons. […] Et chaque fois que nous y repensons, nous nous jugeons à nouveau, puis encore une fois, et ainsi de suite. » 

Et si la source de nos plus grands tourments était… nous-même ? Ou plus précisément cette petite voix de notre juge intérieur qui énonce ces critiques incessantes « Tu es gros », « Tu es nul », en se basant sur son recueil de lois exprimant la « bonne façon d’être, de faire ».
Le juge intérieur
Ce livre de la Loi est constitué par l’ensemble des croyances et règles que nous nous sommes forgées par éducation ou expérience. Cela va de « il ne faut pas arriver en retard » à « je suis un très mauvais danseur » en passant par « Il faut mettre de la crème solaire en été ».

Des accords limitants

Ces règles que nous avons progressivement acceptées sont nos « accords ». Nous y croyons dur comme fer ! Et pourtant certains sont faux depuis le début et nous limitent. En effet, on ne nait pas mauvais danseur… par contre, quelqu’un peut nous le répéter jusqu’à ce que nous y croyions ! Pourtant, il y a fort à parier qu’avec de l’entrainement, ces 2-3 passes de rock qui nous paralysent ne soient plus si impressionnantes !

Remettre en cause ses accords

4 nouveaux accords pour tout changer

« …Du fond de son coeur, il savait désormais que la plupart de ses démons, de ses peurs étaient dûs à ces accords implicites dont il n’avait jamais eu conscience mais qui régissaient pourtant sa vie. L’illumination lui vint alors : il lui fallait les remplacer par quelque chose de plus fort… »
 
Et pour ça, les Toltèques – peuple antique d’Amérique du Sud – proposent une solution. Passer avec nous-même 4 nouveaux accords. 4 accords sages pour limiter notre malheur. 4 accords à travailler tous les jours, à renforcer, jusqu’à ce qu’ils dépassent nos accords limitants et les dissipent…

 

Sketchnote 4 accords Toltèques

Et en pratique ?

« L’effet étourdissant de la drogue s’estompa et laissa notre ami avec ces 4 nouveaux accords… Leur simplicité et leur puissance l’avaient marqué à jamais. Il se jura de les appliquer désormais… »
 

Le kiff*

* effet grisant ressenti pendant l’usage de drogue

Retirer ses accords limitants

Les effets de ces accords sont réellement impressionnants dès lors que nous les mettons en place. Prise de recul dans les situations où notre égo est mis à mal, fin des ruminations infinies dues aux suppositions… La « première fois » procure un effet grisant ! Même si tout n’est pas pour autant sous contrôle. La parole impeccable a en effet un coût après toutes ces années d’habitudes néfastes !

La descente*

* retour désagréable à l’état pré-kiff

Les 2 premiers accords sont sans doute les plus difficiles à maîtriser. Sous leur apparence simple se cache une longue gymnastique mentale en vue de parvenir à les appliquer au « moment juste ». C’est-à-dire avant de médire ou de prendre personnellement une remarque dont notre égo a peur.

Si nous n’y parvenons pas, ne nous laissons pas abattre ! Le plus dommage serait de se décourager en jugeant l’exercice trop difficile, ou en laissant notre juge intérieur nous en qualifier d’incapable.

Se rendre compte à posteriori que nous n’avons pas appliqué un accord n’est pas mal ! Au contraire, ça fait partie de l’entrainement de réaliser que nous aurions pu répondre différemment à une situation. C’est ici que le 4e accord fait d’ailleurs son office : ne pas nous juger et nous efforcer de faire de notre mieux. La prochaine prise de conscience sera encore plus rapide… jusqu’à ce qu’elle finisse par précéder notre pensée !

Prise de conscience

Les fix*

* doses de drogue pour réatteindre l’état de kiff

Pour ancrer les 4 accords Toltèques, rien ne vaut un entraînement régulier ! L’important est de

pratiquer régulièrement pour créer une habitude. Vous pouvez par exemple choisir de travailler un accord par jour pendant 3 semaines (le lundi : la parole impeccable, le mardi : ne pas en faire une affaire personnelle, etc.).

Une fois habitué aux accords, le plus dur reste à faire : continuer à pratiquer pour ne pas laisser les anciens accords reprendre le dessus. Pour cela rien ne vaut des petits rappels/ancrages visuels. Vous pouvez par exemple programmer une notification de temps-en-temps sur votre smartphone, écrire et encadrer les accords dans vos toilettes… ou bien utiliser un des fonds d’écrans pour téléphone ci-dessous !

 

Accord Toltèque 1Accord Toltèque 2Accord Toltèque 3Accord Toltèque 4

Cliquez sur les images pour les télécharger en grandeur nature

 

Pour conclure

« Au fil des mois, notre héros se détacha parfois de ses nouveaux accords, mais les renoua à chaque fois, encore et encore. Et à chaque fois il gagna une dose de liberté et de sérénité…

Aujourd’hui c’est un homme, qui comme beaucoup, se sent unique. Souvent, il est heureux car il sait se réjouir des petites et grandes choses… Mais par dessus tout, il ne court plus après ses rêves : il écrit les accords qui lui permettent de les vivre ! »

Et vous ? Qu’aimeriez-vous faire de ces 4 accords ?

 


Partagez ce que vous aimez ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le contenu publié dans cet article est proposé sous licence
CC BY-NC-ND 4.0


bloculus

Je suis convaincu que la communication est la base de tout succès ou échec dans nos vies. Et bien souvent, elle est le fruit d’une histoire, d’un environnement et du cadre qu’il impose… C’est l’origine de ma passion pour les 3 sujets de ce blog : communication, psychologie, sociologie.

2 réponses à “Le bonheur, en 4 accords

Laissez un commentaire :