#cartoon : Les porteurs népalais font-ils des burn-outs ?

[#LeçonsDeVoyage : Parti pour 3 mois à l’autre bout du monde, je m’inspire de la culture des pays que je traverse pour vous proposer des axes de réflexion activables, au bureau comme à la maison !]

 

 

Imaginez que vous êtes sur un chemin escarpé des montagnes himalayennes… Nous sommes à plus de 3000 m, l’oxygène commence à se raréfier et le froid traverse vos vêtements. Combien de kilogrammes vous sentez-vous alors capable de porter sur votre dos ? 10 kg ? 15 kg ?
Dans ces mêmes conditions, le quotidien des porteurs népalais est loin de ce compte : 30 kg, 40 kg… certains poussent même parfois l’exploit jusqu’à 60 kg sur le dos !

Comment font-ils pour réussir cette prouesse ? Et bien, outre leur condition physique exceptionnelle résultante des nombreuses années de marche dans la montagne, leur secret réside dans une simple règle : Marcher lentement pour ne pas s’essouffler, faire des pauses régulières pour récupérer. Et c’est tout ! C’est la seule règle qui protège ces porteurs d’exception de l’épuisement et de la maladie.

Ce n’est finalement que du bon sens, n’est-ce pas ? La même règle devrait pouvoir s’appliquer à nos quotidiens surchargés… Pourquoi alors ne la suivons-nous pas ? Probablement parce que nous sommes tout bonnement incapables de déceler et exprimer notre essoufflement…
Dans les montagnes népalaises, il en résulterait des entorses ou fractures… Ici, nous allons jusqu’aux burn-outs, dépressions et autres infarctus… C’est à se demander qui exerce le métier le plus risqué…

──────  •  ──────

Pour tenir la distance et atteindre un objectif ambitieux, adapter son allure et prendre le temps de régulièrement « récupérer son souffle » est essentiel.

Pour y parvenir dans la pratique, la question du rythme doit se poser régulièrement, voire être ritualisée : C’est en apprenant à s’écouter quand tout va bien que l’on s’assure de savoir le faire quand tout s’emballe.

De quelle manière réagissez-vous lorsque vous vous « essoufflez » ?

Si vous deviez changer quelque chose à votre rythme actuel, que feriez-vous ?

Quel rituel de « récupération » pourriez-vous mettre en place dans votre vie ?





PASSEZ À L'ACTION
  • Suite à cet article, choisissez une ACTION CONCRÈTE que vous avez envie de mettre en œuvre dans la semaine qui vient

  • Partagez-la autour de vous ou dans les commentaires pour enclencher sa mise-en-œuvre (et inspirer d’autres personnes à agir)

  • Réalisez-la et mesurez son bénéfice dans une semaine


Vous souhaitez ancrer cette réflexion dans votre quotidien ?

%text1%
%text2%




 


Partagez utile ! ;)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

 


 

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
bloculus@gmail.com'

bloculus

Je suis convaincu que la communication est la base de tout succès ou échec dans nos vies. Et bien souvent, elle est le fruit d’une histoire, d’un environnement et du cadre qu’il impose… C’est l’origine de ma passion pour les 3 sujets de ce blog : communication, psychologie, sociologie.

Laissez un commentaire

montreuil.hubert@gmail.com'
Hubert Montreuil

Lumineux cher Maxence ! Le parallèle est juste et tu possède le talent d’extraire l’essentiel du coeur de l’important avec en sus les questions à se poser . Pour augmenter un peu plus à chaque fois sa propre conscience. Bonne route et see you!

cedblanc@lilo.org'
Cedric

Hello.
Je trouve ce cartoon tout a fait pertinent.
Pour ma part je travaille dans le milieu hospitalier, vous savez l’endroit où l’on prend soin des autres, de leur santé sans faire forcément attention à la sienne. ;-)
Pour ma part je suis entièrement d’accord avec vous, avec les années j’ai appris a profiter des moments de calme qui pour moi compense les moments d’intensité, après chez nous il y a la continuité des soins qui permet quand l’on n’a pas pu tout boucler, laisser quelques taches à l’équipe suivante. ^^